⭐️ #RemèdeContrelaMorosité🌈 : quand la #compublique diffuse de l’optimisme en temps de guerre

Par Franck Confino

C’est la parfaite illustration du premier billet d’humeur que j’avais publié en 2015 sur mon blog, suite à l’attentat de Charlie Hebdo, avec un titre emprunté à Pierre Dac : “si la matière grise était plus rose, le monde aurait moins les idées noires“. Premier cluster de France, la ville de Crépy-en-Valois a été touchée de plein fouet par le COVID-19, avec un maire atteint du coronavirus. “Je suis passé d’homme normal à pestiféré” témoigne-t-il. Immédiatement confinée, la comunity manager a choisi de diffuser de l’optimisme au milieu d’un flot de mauvaises nouvelles, aidant la population, dont les écoles étaient fermées, à ne pas se laisser abattre. Avec l’appui de la direction de la communication, Jessica Fouquet décide de créer le hashtag #remèdecontrelamorosité, qui fait boule de neige dans la communication publique (article à suivre dans la newsletter Cap’Com). Parce que l’optimisme est plus que jamais un combat en temps de “guerre”, rencontre avec Jessica, qui est au front.

 

 

Tu as été une des premières CM confinées de France. Maintenant ils le sont quasiment tous. Peux-tu nous rappeler les faits à Crépy-en-Valois et comment tu as vécu cette expérience ?

Jessica Fouquet : le mercredi 26 février, nous avons appris le décès de la première victime française du coronavirus (un professeur du collège Jean de la Fontaine à Crépy-en-Valois). Quelques jours plus tard, nous avons appris que le maire de Crépy-en-Valois avait été testé positif au coronavirus. Très vite, nous nous sommes retrouvés malgré nous sous les feux des projecteurs : Crépy-en-Valois a été l’un des premiers clusters français du virus, il y a 3 semaines déjà… Nous avons donc dû faire face à la situation et réagir rapidement ! Il a fallu mettre en place une communication de crise et surtout ne pas céder à la panique. Les établissements scolaires ont rapidement fermé leurs portes. Les enfants et leurs parents se sont retrouvés confinés chez eux… Tout s’est très vite enchaîné !

Au bout de quelques jours, à la lecture des commentaires sur les réseaux sociaux, nous avons senti que les Crépynois en avaient assez de voir défiler des mauvaises nouvelles sur leur fil d’actualité. Une fois passés de la peur à l’acceptation de la situation, les habitants avaient besoin de se changer les idées et de légèreté pour mieux supporter et faire face à la situation. Ils se sont exprimés, nous les avons entendus et nous avons décidé de réagir.

 


Comment est née cette idée de #remèdecontrelamorosité ? Diffuser l’optimisme est-il d’utilité publique ?

Jessica Fouquet : la création et le lancement du hashtag #remèdecontrelamorosité fait suite à ce constat. La Direction de la Communication (@Ville de Crépy-en-Valois) et les services culturels de la ville (@Musée de l’archerie et du Valois et @Médiathèque de Crépy-en-Valois) ont alors décidé de prendre le taureau par les cornes et de s’unir pour revoir leurs publications en privilégiant des sujets positifs et des contenus colorés pour occuper le terrain d’une façon bienveillante et assumer pleinement la situation.

Pour relier entre elles ces publications et pour que les crépynois puissent les retrouver plus facilement et s’y référer en cas de coup de blues, nous avons décidé de lancer un hashtag. C’est le hashtag #remèdecontrelamorosité qui a fait l’unanimité. Pour lancer le hashtag, la Direction de la Communication a dans un premier temps posté un message sur les réseaux sociaux. Une sorte « d’invitation au rendez-vous quotidien » pour découvrir les astuces et les bons plans des services et garder le sourire…

 

Notre volonté était de proposer une sorte de « service public virtuel » pour propager des ondes positives sur la toile à une population lassée d’être stigmatisée et qui ne demandait qu’à retrouver sa tranquillité. Selon moi, diffuser des ondes positives fait partie intégrante du métier de community manager dans la fonction publique. Notre quotidien consiste à informer et souvent rassurer nos administrés. J’ai souvent le sentiment d’être proche d’eux et c’est ce qui me plaît dans ce métier !

 “J’ai la chance d’avoir une grande liberté dans mon travail. Ma hiérarchie me fait confiance.”

 

Quels types de contenus sont proposés ?

Musée de l’archerie et du Valois : anecdotes, podcasts, archives photos des bouquets provinciaux, reportages photos sur les coulisses du musée, rébus, mots-croisés, mots mêlées, coloriages pour occuper les enfants et les parents, recettes du moyen âge, mise à disposition d’un livret-jeu en téléchargement pour déambuler (avant le confinement) et retrouver les statues de saints cachés dans les rues de la ville…

Médiathèque : coups de cœur des lecteurs ou de l’équipe, présentations littéraires, podcasts, recettes, vidéos en stop motion réalisées par les enfants lors des ateliers du Club Med’, tutoriels pour fabriquer des décorations de Pâques et des livres en forme de hérisson, applications à télécharger pour apprendre les langues ou revoir le programme scolaire en s’amusant, astuces pour télécharger gratuitement des livres en ligne pour les liseuses…

Service Communication : zoom sur des auteurs et des talents crépynois, idées d’activités pour s’occuper en famille, associations crépynoises à découvrir, idées de films à voir en famille, partage des astuces des autres services, photos de la ville sur Instagram, et prochainement des exercices physiques à faire chez soi proposés par le service des sports, des astuces jardinage proposées par le service des serres municipales et le service Environnement.

On t’a laissé les coudées franches pour le déployer ? Comment l’idée a-t-elle été accueillie en interne ?

Pour lancer le hashtag, j’ai bénéficié du soutien de ma hiérarchie : le Directeur général des services et la Directrice de la Communication, Pauline Devailly. L’action proposée par les services était tout à fait la bienvenue du fait du contexte dans lequel nous vivions depuis quelques jours et que la France entière n’allait pas tarder à vivre aussi. J’ai la chance d’avoir une grande liberté dans mon travail. Ma hiérarchie me fait pleinement confiance dans mes missions au quotidien et je dois avouer que c’est très appréciable !

 

“Une victoire collective de services unis et remontés à bloc pour redonner le sourire”

 

Quels genres de retours as-tu des habitants ? Ton meilleur souvenir ?

Très vite, les crépynois ont réagi positivement aux premières publications estampillées #remèdecontrelamorosité, sous la forme de commentaires sous nos publications ou de messages privés sur les réseaux sociaux. Mon meilleur souvenir, c’est celui-ci. Une jeune femme étudiante à Montpellier envoie un message privée sur la page Facebook de la Ville pour me dire qu’elle nous suit à distance et pour nous encourager à poursuivre nos efforts pour redonner le sourire aux Crépynois. Ce message nous a donné à tous un véritable coup de boost pour continuer la lutte ! Nous faisons en sorte de varier les contenus et le public apprécie de voir des informations qui ne sont pas anxiogènes par les temps qui courent. Certains internautes nous disent que grâce à nos publications, ils se sentent moins seul chez eux. Nous avons aussi constaté de plus en plus d’engagement sur nos pages et plus d’interactions que d’ordinaire.

 

Le hashtag devient viral aujourd’hui dans la #compublique : grâce à qui ? (nan je déconne ;-)) Comment le prends-tu ? Et quels conseils donnes-tu aux CM pour cette ligne éditoriale ?

Grâce à toi bien sûr ! 😉

Nous sommes ravis et honorés d’être à l’initiative de ce hashtag. Et je dis « nous » car c’est une victoire collective de services unis et remontés à bloc avec pour seul objectif : redonner le sourire à ses communautés respectives et à la population crépynoise.

Nous avons bénéficié d’un effet de viralité sur les réseaux sociaux, sans mauvais jeu de mot, comme tu l’as si bien dit 😉 ! Des communes aux quatre coins de la France ont commencé à reprendre notre hashtag (Saint-Dizier, Metz, Bezons, Lambersart, pour commencer) puis des universités… , alimentant ainsi le fil de nouvelles astuces et de remèdes anti-morosité et garanti 100 % « bonne humeur ». Aujourd’hui, je ne compte plus le nombre de communes qui a repris notre hashtag mais j’essaie toujours d’avoir une petite attention pour chacune d’entre elles à chaque fois qu’une nouvelle commune rejoint le mouvement ! Si j’avais un conseil à donner aux CM de la #compublique qui reprennent notre hashtag c’est de s’inspirer de ce qui leur donne le sourire à eux, à leur famille, à leurs amis… Je crois que c’est cette sincérité et cette authenticité qui plaît à nos communautés. Si notre hashtag pouvait contribuer à faire reculer le virus (à sa façon), je serais très honorée d’avoir pu faire partie de cette belle aventure !

 


 

Agée de 32 ans, Jessica Fouquet est chargée de communication numérique et de relations presse depuis octobre 2012 pour la ville de Crépy-en-Valois (15 357 habitants) et la Communauté de Communes du Pays de Valois (56 882 habitants pour 62 communes) dans l’Oise. Diplômée d’une licence d’anglais et d’un master en Gestion Multilingue de l’Information, elle a étudié à l’Université de Lettres et Sciences humaines de Reims Champagne-Ardenne. Son service Communication est mutualisé. Il est composé de 4 personnes : Pauline Devailly, directrice de la Communication, Johanna Jandrieu, chargée de publications / journaliste, Annabelle Pitet, chargée de communication et elle-même.

 

🔹Franck Confino est ‎consultant digital, formateur, auteur, conférencier et fondateur de l’Observatoire socialmedia des territoires.

⭐️ Retrouvez tous les articles de notre blog collaboratif dans la rubrique Expertises. Une idée de sujet ? Contactez-nous pour rejoindre le club des auteurs !